Utilisation des technologies de l’information et de la communication (TIC) d’usage courant par les personnes ayant une surdité

Savoirs expérientiels et soutien par les pairs pour l’amélioration de la participation sociale

 

Description du projet

Nous nous intéressons à l’emploi de technologies qui sont d’usage courant, comme les applications pour téléphone intelligent, qui n’ont pas été spécifiquement conçues pour les personnes ayant une surdité mais qui sont néanmoins des outils essentiels d’inclusion sociale pour les utilisateurs qui les connaissent et les utilisent de manière productive, voire créative. Selon les milieux cliniques et associatifs, notamment l’APDA (Association des personnes ayant une déficience de l’audition) le principal obstacle à la participation sociale des personnes ayant une surdité est le manque d‘accès à l’information et à la communication. Or, il semble que « l’écosystème pour les technologies foisonnent d’options » (CRTC, 2012) et que certaines personnes en fassent davantage usage, à un tel point que cela crée un fossé entre les personnes qui deviennent des utilisateurs « experts » de telles technologies et les autres.

Objectifs

La finalité du projet vise la réduction de l’isolement social, de l’anxiété provoquée par la difficulté à communiquer et à accéder à l’information dans la société. Le projet vise ultimement à faciliter les échanges avec les professionnels de la santé mais aussi avec les entendants en général. Pour ce, l’expérimentation se déroulera en deux temps: 1) Par la formalisation des savoirs experts auprès d’utilisateurs « performants » et 2) Par le partage des savoirs lors d’ateliers de partage d’expertise, regroupant des personnes ayant une surdité et ayant des niveaux variés de maitrise des technologies (experts et novices) ainsi que des intervenants de l’association. L’APDA, par sa participation directe à la réalisation des ateliers, réalisera une appropriation de proximité. Comme retombée du projet, l’APDA compte réaliser une appropriation étendue auprès d’un plus grand nombre de personnes ayant une surdité au Québec en rendant le modèle expérimenté disponible et en formant une communauté de pratique virtuelle en utilisation des TIC à l’échelle de la province.

Jalons

1- Approbation éthique, développement de schémas d’entrevue, recrutement et groupe de discussions

2- Transcriptions et analyses des entrevues (descriptions et analyse des usages des TIC)

3- Élaboration des ateliers technologiques incluant la prise de mesures pré atelier 1, atelier 2, atelier 3

4- Développement schémas d’entrevues et Groupe de discussion avec les participants

5- Analyse des données et rédaction

6- Diffusion des connaissances

État d'avancement global
Approbation éthique, développement des outils de collecte de données
Transcriptions et analyses des entrevues
Élaboration des ateliers technologiques
Développement schémas d’entrevues et Groupe de discussion avec les participants
Analyse des données et rédaction
Diffusion des connaissances
Membres de l'équipe

Chercheurs principaux

Louise Duchesne, Ph.D., département d’orthophonie, Université du Québec à Trois-Rivières

Marie Laberge, Ph.D., école de réadaptation, Université de Montréal.

Autres membres de l’équipe:

Marie-Hélène Tremblay, directrice de l’Association des personnes ayant une déficience de l’audition (APDA)

Normand Boucher, Ph.D., membre régulier du CIRRIS et du REPAR (co-chercheur);

Claire Croteau, Ph.D., école d’orthophonie et d’audiologie, Université de Montréal, membre régulier du CRIR et du REPAR (co-chercheur);

Arnaud Blanchard, ergonome, CHU Sainte-Justine (collaborateur)

Mathieu Hotton, Ph.D., audiologiste, Direction des services multidisciplinaires, CIUSSS de la Capitale-Nationale (collaborateur)

Agent de concertation intersectorielle