Objectifs

L’objectif général de cette initiative est d’animer et de concerter les forces vives en recherche, innovation, transfert et appropriation de connaissances qui oeuvrent dans les différentes organisations (de recherche, gouvernementales, publiques, cliniques, communautaires et de l’entreprise privée) en adaptation-réadaptation et en soutien à l’intégration sociale, en synergie avec des organismes représentants des utilisateurs/usagers de service et qui peuvent, par leurs actions, apporter une contribution significative à l’objectif d’une société plus inclusive. Les objectifs spécifiques de l’initiative Société inclusive sont :

  • Intensifier la recherche dans une approche intersectorielle de co-construction des savoirs favorisant l’innovation.
  • Encourager et faciliter une participation active de partenaires aux différentes étapes de co-construction des savoirs, incluant l’identification des problématiques et le développement de solutions.
  • Assurer le transfert, l’échange et l’appropriation des connaissances pour faciliter l’implantation d’innovations ou de solutions concrètes à des problématiques ciblées.
  • Accroître la formation des chercheurs, d’étudiants et du personnel hautement qualifié aux approches de recherche intersectorielle favorisant l’innovation sociale.
  • Consolider et favoriser la création de nouveaux partenariats nationaux et internationaux. Identifier les mécanismes permettant d’assurer la pérennisation des activités de recherche et de transfert des connaissances afin de permettre des effets à long terme sur la société inclusive.
  • Évaluer, par des indicateurs, les retombées de la programmation de l’initiative intersectorielle et de ses différents volets.

Une synergie intersectorielle
Pourquoi une approche intersectorielle? Parce que le projet d’une société plus inclusive est d’une grande complexité et exige la mise en commun d’expertises, de connaissances et de moyens provenant de plus d’un des grands secteurs scientifiques au Québec (Sciences humaines et sociales, Santé, Sciences naturelles et génie).

Une approche participative
La présence de partenaires diversifiés et engagés dès le début de l’initiative est la pierre angulaire du processus de co-construction de la recherche et d’actions concertées. Ceux-ci sont partie prenante du processus de décision quant aux actions à poser pour le développement de connaissances, le transfert des connaissances, l’appropriation et la mobilisation des innovations qui découleront de l’initiative.

L’innovation comme fondement
L’innovation est au coeur du processus de développement et de transfert des connaissances de l’initiative, qu’elle soit technologique, clinique ou sociale. L’initiative Société inclusive s’appuie sur la notion d’innovation sociale, telle que définie par le Réseau québécois en innovation sociale (RQIS).  Une innovation sociale est une nouvelle idée, approche ou intervention, un nouveau service, un nouveau produit ou une nouvelle loi, un nouveau type d’organisation qui répond plus adéquatement et plus durablement que les solutions existantes à un besoin social bien défini, une solution qui a trouvé preneur au sein d’une institution, d’une organisation ou d’une communauté et qui produit un bénéfice mesurable pour la collectivité et non seulement pour certains individus. La portée d’une innovation sociale est transformatrice et systémique. Elle constitue, dans sa créativité inhérente, une rupture avec l’existant.

Les innovations sociales sont « sociales » autant dans leurs finalités que dans leurs processus. Elles répondent à des besoins sociaux tout en créant de nouvelles relations entre des personnes et des groupes qui n’avaient pas nécessairement l’habitude de coopérer. L’innovation sociale naît d’un processus nécessairement ouvert.

Les trois phases du processus de création des innovations sociales :

Phases du processus de création des innovations sociales

Sources :
RQIS, Favoriser l’émergence et la pérennisation des innovations sociales au Québec – Synthèse des travaux de la communauté d’intérêt sur l’innovation sociale, 2011.
RQIS, Acteurs et processus d’innovation sociale au Québec, 2007.