Retour sur l’édition 2019 de l’école l’été de Société inclusive sur la recherche participative

L’école d’été sur la recherche participative, qui s’est déroulée du 2 au 5 juin dernier, s’est avérée un vrai succès à en croire les participants et conférenciers qui y ont pris part. Trente-six participants (des étudiants universitaires et des représentants d’organismes), ainsi que douze conférenciers et mentors ont échangé leurs connaissances et expériences pendant trois jours. Le tout se déroulant sous un feu roulant!

L’École d’été 2019 avait comme objectif principal de renforcer les capacités de recherche participative des étudiants des 2e et 3e cycles et de partenaires de divers milieux intéressés par l’inclusion sociale des personnes ayant des incapacités.

Des participants fort satisfaits de cette première édition
Le sondage de satisfaction réalisé auprès des participants présente un taux de satisfaction important. Nul doute que les commentaires reçus des participants, conférenciers et mentors permettront l’amélioration de la prochaine édition.

Merci à tous pour votre soutien!

Les participants ont pu mettre en application leurs nouvelles connaissances dans l’élaboration d’un projet de recherche sommaire dans le cadre de ces trois jours. Des projets forts intéressants ont émergé des échanges et peut-être que ces bases de projets pourraient être développées davantage par des équipes de chercheurs et les partenaires intéressés. Pourquoi pas?

CONFÉRENCIERS ET CONFÉRENCIÈRES ET MENTORS DE L’ÉCOLE D’ÉTÉ SOCIÉTÉ INCLUSIVE 2019

Nos sincères remerciements aux conférenciers et conférencières invités, ainsi qu’aux mentors :

Photo Ben Mortenson

Dr Ben Mortenson, conférence d’ouverture. Ben Mortenson est professeur d’ergothérapie à l’Université de Colombie britannique. Les recherches de M. Mortenson portent sur le vieillissement, la participation sociale, la mesure des résultats et les technologies d’assistance. Ses études portent sur quatre populations principales qui se chevauchent: les personnes atteintes de lésions de la moelle épinière, les utilisateurs de technologies d’assistance, les résidents d’établissements de soins pour bénéficiaires internes et les aidants naturels et informels. Il utilise des méthodes de recherche participative et de développement centré sur les besoins de l’utilisateur.

Photo Normand BoucherDr Normand Boucher, co-conférencier pour l’atelier sur Fondements de la recherche participative. Sociologue et politologue de formation, ses intérêts touchent les transformations des pratiques et des politiques entourant le phénomène du handicap et la citoyenneté au sein d’une approche participative. Il est chercheur régulier au Centre interdisciplinaire de recherche et réadaptation et intégration sociale (CIRRIS) et au CIUSSS-CN. Ses sujets d’étude touchent les politiques sociales, le handicap et l’exercice des droits dans des secteurs comme le travail, l’habitation, le transport et les services aux personnes.

Photo Hélène CarbonneauDre Hélène Carbonneau, co-conférencière pour l’atelier sur Fondements de la recherche participative. Hélène Carbonneau est professeure à l’Université du Québec à Trois-Rivières au département de loisir, culture et tourisme. Elle a obtenu un baccalauréat en récréologie, une maîtrise en gérontologie et un doctorat en gérontologie. À titre de chercheure, elle concentre ses travaux autour du rôle de l’expérience de loisir pour la qualité de vie et la santé des individus ainsi qu’au soutien aux aidants. Elle s’intéresse plus particulièrement à la valorisation des potentiels des individus comme facteur de développement personnel et d’adaptation suite à un problème de santé ou à une perte d’autonomie.

Photo Sophie DupéréDre Sophie Dupéré, co-conférencière pour l’atelier sur les Méthodologies de la recherche participative. Professeure en sciences infirmières à l’Université Laval, Sophie Dupéré travaille sur différents projets de recherche participative en santé communautaire ayant pour visée de transformer les pratiques. Dans le cadre de ses études doctorales, Sophie Dupéré s’est intéressée aux trajectoires de vie d’hommes en situation de pauvreté chronique et à leurs rapports aux ressources d’aide sociosanitaire. À travers ses activités de recherche, Sophie Dupéré cherche à rapprocher milieux de recherche et d’intervention, notamment en développant des outils pédagogiques et en participant à des plateformes de transfert des connaissances entre les deux milieux.

Photo François RouthierDr François Routhier, co-conférencier pour l’atelier sur les Méthodologies de la recherche participative. François Routhier a obtenu un diplôme de baccalauréat (B.Sc.) et de maîtrise (M.Sc.) du département de génie mécanique (option robotique) de l’Université Laval, respectivement en 1993 et 1997. En 2004, il a obtenu un doctorat (Ph.D.) en médecine expérimental (option adaptation/réadaptation) de l’Université Laval. Les intérêts de recherche de François Routhier portent sur l’évaluation de l’efficacité, des effets ainsi que des impacts des aides techniques et des aménagements urbains, bien qu’une grande partie de ses activités traitent du fauteuil roulant manuel ou motorisé.

Photo David PacciollaDavid Pacciolla, conseiller clinique et scientifique / Formation et éducation – Technologies d’assistance à Kinova, co-conférencier pour l’atelier sur les Méthodologies de la recherche participative. Conseiller clinique et scientifique de la division Technologies d’assistance de Kinova, David pilote notamment tous les projets cliniques et scientifiques, en plus de faciliter la coopération entre Kinova et les acteurs intéressés par les technologies d’assistance (par exemple, hôpitaux, centres de recherche, universités, thérapeutes). Par ailleurs, David forme les employés et informe les gens sur les solutions d’assistance de Kinova et participe à des conférences, où il présente les systèmes de l’entreprise ainsi que ses projets de recherche et les résultats obtenus.

Photo Julie FortierDre Julie Fortier, co-conférencière pour l’atelier sur la mesure de l’impact. Professeure au département d’études en loisir, culture et tourisme depuis 2006 et directrice du Laboratoire en loisir et vie communautaire depuis 2008, Julie Fortier détient une maîtrise en loisir, culture et tourisme de l’UQTR et un doctorat en études urbaines de l’UQAM. Ses travaux récents avec le Laboratoire ont porté sur la concertation, la participation publique et sur l’action bénévole, notamment en milieu municipal.


Lise Roche
, conseillère pour la Fondation Mirella et Lino Saputo. Photo de Lise RocheMme Roche a une expérience en gestion et analyse de projets qu’elle a développée par son expérience de travail dans des regroupements d’organismes. Dans la Fondation elle travaille à développer des initiatives visant un meilleur exercice social et économique pour les personnes âgées et les personnes handicapées. Les projets de la Fondation tentent de mettre à profit le plus de partenaires possible dans un esprit de collaboration.

Photo Steeven PedneaultSteeven Pedneault, designer social, PRÉSÂGES, co-conférencier sur le transfert des connaissances. Ayant exploré le design sous plusieurs angles (graphique, évènementiel, environnemental), M. Pedneault a été marqué par son étude de l’impact de l’appropriation de la pensée design par des étudiants en ingénierie au sein du DiLab, de la Pontificia Universidad Católica au Chili. Depuis plus de 5 ans, il travaille chez Présâges, initiative de la fondation Berthiaume-Du Tremblay, à favoriser l’émergence de solutions innovantes aux enjeux liés au vieillissement en accompagnant des acteurs à impact social. À travers sa pratique, il expérimente les intersections possibles entre la pensée design et la pensée systémique pour dénouer des défis sociaux complexes.

Photo Céline ChatenoudDre Céline Chatenoud, co-conférencière sur le transfert des connaissances. Mme Chatenoud s’intéresse au développement des enfants ayant un trouble de développement (déficience intellectuelle, trouble du spectre de l’autisme, dysphasie ou polyhandicap) ainsi qu’aux approches éducatives et stratégies d’enseignement innovantes favorisant leur participation sociale. Les pratiques inclusives en milieu scolaire et communautaire qui soutiennent l’adaptation de ces enfants et de leurs familles ainsi que l’apport des parents aux projets des écoles sont au cœur de ses champs d’intérêt. Elle contribue enfin à plusieurs études se rapportant à la collaboration interprofessionnelle et interdisciplinaire.

Photo Anita MenonDre Anita Menon, co-conférencière sur le transfert des connaissances. Mme Menon est professeure adjointe à l’École de physiothérapie et d’ergothérapie de l’Université McGill et co-directrice des projets de recherche en réadaptation financés par la fondation Edith Strauss. Ses intérêts au niveau de la recherche portent surtout sur l’évaluation des outils de transfert de connaissances pour les cliniciens afin de faciliter et de promouvoir l’application des connaissances issues de la recherche à la pratique clinique

 

Yolanda Suarez-BalcazarDre Yolanda Suarez-Balcazar, conférence de fermeture. La Dre Suarez-Balcazar est professeure et directrice du département d’ergothérapie de l’Université de l’Illinois à Chicago (UIC). Elle a obtenu son doctorat de l’Université du Kansas en psychologie du développement de l’enfant avec une concentration en psychologie communautaire. Elle occupe un poste affilié au département de psychologie ainsi qu’au département handicap et développement humain à l’UIC. Ses intérêts de recherche et son expertise couvrent plusieurs domaines interreliés. Elle possède une expertise en recherche participative communautaire au sein de communautés d’immigrants latino-américains avec une emphase sur le handicap.

Nos mentors :

Claude GuimondClaude Guimond – Fier Rimouskois, j’habite à Montréal depuis 2013. J’ai complété des études en agriculture à Rimouski en 1982. Je détiens un diplôme d’études supérieures spécialisées de l’Université de Rimouski depuis 2016. Producteur laitier de 1989 à 2015, président de l’Union des producteurs agricoles du Bas St-Laurent de 1998 à 2008 et membre de la Chambre des Communes de 2008 à 2011. La défense de droits et la mobilisation des personnes ont toujours été au cœur de mes implications, tant pour les agriculteurs, les chômeurs et maintenant pour les personnes ayant des limitations fonctionnelles. Il est directeur de la COPHAN depuis avril 2018.

Marc St-OngeMarc St-Onge – Marc s’intéresse depuis plus de 30 ans à l’utilisation du loisir pour soutenir l’amélioration de la qualité de vie des personnes ayant des incapacités.  Il a occupé diverses fonctions dans le domaine de la santé, de l’éducation du plein air et du loisir. Présentement, il œuvre à titre de directeur général de l’Association québécoise pour le loisir des personnes handicapées (AQLPH). Cette association fait notamment la promotion du loisir pour les personnes handicapées sur le plan national et accompagne toutes les régions du Québec dans cette perspective.  Il œuvre parallèlement à l’Observatoire québécois du loisir (OQL) à titre de secrétaire exécutif. L’OQL propose un système de veille important pour témoigner des tendances en loisir.

Photo Walter ZelayaWalter Zelaya –Walter travaille dans le milieu communautaire depuis 1990. Après quelques années en intervention, il assume des postes de coordination et de direction. Au début dans un regroupement en éducation populaire, ensuite dans un centre d’action bénévole. Il a également été durant plusieurs années chargé de cours en travail social au niveau universitaire. Il est depuis 2003 directeur général de Moelle épinière et motricité Québec (MEMO-Qc) – organisme intervenant dans les domaines de l’intégration sociale, la défense des droits/sensibilisation, l’intégration en emploi, et le support à la recherche scientifique.

 

Merci également au Comité organisateur, qui a fait un travail remarquable.

Nous remercions chaleureusement Mme Alexandra Gilbert, M. Pier-Luc Turcotte, M. Jason Bouffard et M. Marc St-Onge de leur disponibilité, de leur créativité et de leur expertise pour l’organisation de cette école.

Photo Jason BouffardJason Bouffard- Jason est ergothérapeute diplômé de l’Université Laval en 2010. Il détient également un doctorat en médecine expérimentale de la même université (2016). Il a complété un stage postdoctoral aux départements de kinésiologie de l’Université de Montréal et de McGill (2018) et est présentement chercheur postdoctoral au Centre interdisciplinaire de recherche en réadaptation et intégration sociale (CIRRIS).  Il travaille présentement sur l’évaluation des impacts des technologies d’assistance destinées à ces individus, dont celles développées par l’entreprise québécoise Kinova.

Photo Alexandra GilbertAlexandra Gilbert – Alexandra est étudiante à la maîtrise en loisir, culture et tourisme à l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) où elle a également complété un baccalauréat en loisir, culture et tourisme. Auparavant, elle avait terminé des études collégiales en travail social. Elle a eu l’occasion de participer à des projets de recherche du Laboratoire de loisir et de vie communautaire de l’UQTR où elle a rédigé un guide pour l’organisation d’une journée d’initiation aux activités de plein air pour les personnes handicapées.

Photo Pier-Luc TurcottePier-Luc Turcotte – Pier-Luc est ergothérapeute au soutien à domicile et étudiant au doctorat en santé communautaire à l’Université de Sherbrooke. Pour sa maîtrise, il a réalisé une recherche-action participative dans le réseau du soutien à domicile. Pour son doctorat, il utilise l’évaluation développementale, une approche participative d’évaluation et de recherche dont le but est de soutenir le déploiement et l’implantation d’interventions complexes par une transmission rapide de rétroaction. Il s’intéresse aux manières de repenser l’ergothérapie au soutien à domicile pour favoriser la participation sociale des personnes vieillissantes.

Un grand merci à nos partenaires pour leur soutien :

Logos des partenaires : Conseil de recherches en sciences humaines du Canada, Office des personnes handicapées, Fonds de recherche du Québec, Université du Québec à Trois-Rivières, Centre interdisciplinaire de recherche en réadaptation et intégration sociale, Centre de recherche interdisciplinaire en réadaptation du Montréal métropolitain, Réseau provincial de recherche en adaptation-réadaptation, regroupement INTER, Association québécoise pour le loisir des personnes handicapées, Fondation Mirella et Lino Saputo, Présages, Confédération des organismes de personnes handicapées du Québec, Moelle épinière et motricité Québec, Kinova Robotics